Si on ne se tient qu'au nombre de mots écrits, de projets terminés, je peux dire que le bilan est plutôt positif puisque je viens de finir de relire Ce monde-ci et l'autre et à quelques détails près, il s'agit de la version définitive. J'ai aussi écrit une nouvelle (dont je devrais vous reparler bientôt.) et entamé le premier jet d'un roman qui suit les pas d'une fratrie pendant la première guerre mondiale. J'ai aussi travaillé sur deux bêta-lectures, de textes totalement différents, mais ce fut très intéressant et j'espère avoir réussi à aider les deux auteurs qui me les ont proposés.

letter-447577_1920

 Malgré tout, et c'est un sentiment que je me traîne depuis quelques mois, je suis de plus en plus dubitative devant ma « carrière » littéraire. Depuis que mon premier texte a été publié, en 2013, je stagne et ça devient pesant. Au point que je cherche à peine à faire publier mes textes. Si on prend Contralto, j'ai fait moins de 15 envois et je sais déjà que les réponses vont être négatives. Et le pire, c'est que ça m'est égal parce que je n'y croyais déjà pas au moment de la soumission du manuscrit. A cela s'ajoutent la fermeture de Kitsunegari qui publiait Iokanaan et un autre roman dont la sortie est repoussée... J'ai l'impression de ne plus savoir pourquoi, et pour qui, j'écris. Je pense que la question à poser est de savoir si je reste écrivain amateur qui vend ses 30 livres par an et s'en contente. Ou si je me donne les moyens de me professionnaliser un minimum (en tentant l'autoédition, en écrivant des textes moins bâtards et qui rentrent dans des cases,...) L'option 2 est tentante mais elle implique un énorme investissement de temps (que je n'ai pas forcément) ou d'argent.

 Difficile de faire des projets pour 2019 dans un tel état d'esprit. J'avancerai le manuscrit en cours, bien sûr, mais pour le reste, je n'ai aucune idée. Quand je serai moins préoccupée par quelques échéances professionnelles, j'y réfléchirai plus sérieusement mais jusqu'en juillet, j'ai des priorités très chronophages et fatigantes nerveusement (ce qui explique peut-être aussi le découragement littéraire).

 Pour terminer sur une note plus joyeuse, je dois quand même avouer que mon bilan lecture est très positif (cf le reading challenge). J'ai aussi eu quelques bonnes surprises cinématographiques avec entre autres Brimstone, The Happy Prince, L'Ascension, La Fureur de vivre et This is where I leave you.

Sans titre

 Et pour accompagner musicalement tout ça, il y a eu d'excellentes découvertes comme Tom Grennan, American Authors, Jacob Banks et Eddy de Pretto.

Sans titre(1)

 Et vous ? Quel bilan pour 2018 ?